Une page histoire…

Les tous premiers pionniers à avoir installé un poste émetteur autorisé ont, en France, un indicatif qui commence par le N° 8.
Ils ont été dans l’ordre les suivants :

Mr RISS Boulogne sur Mer (licence accordée le 8 septembre 1921)
8AAM : L. DELOY
8ABM : Nice
8ACM : Mr LAGIER Marseille
8ACM : Mr J. ROUSSEL Juvisy sur Orge
8ADD : Mr CORRET Versailles
8AE : Radio Club de France Paris

Si vous avez d’autres infos, merci de nous les communiquer.

Pionniers, dont F8AB qui fit la première liaison onde courte
inter continent entre la France et les État Unis.

Composition des indicatifs :

Pour la Corse et les DOM-TOM
L’indicatif est composé de 2 lettres, propres au département ou au territoire, puis d’un chiffre pour indiquer la classe et enfin de 2 lettres caractérisant le radioamateur.
Les préfixes sont :
FG : Guadeloupe
FH : Mayotte
FJ : St Barthélémy
FM : Martinique
FP : St Pierre et Miquelon
FR : Réunion ( Glorieuse, Juan de Nova, Tromelin )
FS : St Martin
FX : Satellite français du service amateur
FY : Guyane
TK : Corse
Ainsi, un radioamateur de classe 2 résidant en Martinique aura un indicatif d’appel du type, FM3XX.

Petite histoire des indicatifs français :

Au début de l’histoire du radioamateurisme français, les correspondants n’avaient pas d’indicatif.
Le premier QSO officiel français entre amateurs fût réussi en 1907 sur une distance de 3 Km, avec une bobine de Ruhmkorff et une bobine d’allumage pour automobile…
En 1908, le général Ferrié, officier du 8ème régiment du Génie, installe une station de TSF dans un baraquement en bois, au pied de la tour Eiffel.
Lorsque la guerre éclate en 1914, la télégraphie militaire, développé par Ferrié devient primordiale.
Pendant cette période, les émissions d’amateur sont stoppées et le Génie militaire a besoin de ces opérateurs et de ces techniciens.
Ils se retrouvent la plupart au 8ème Génie ( qui deviendra le 8ème régiment de transmissions ).
A la fin de la guerre, la technique à largement évolué puisque l’on trouve partout des lampes triodes.
Dès 1921, un réseau d’émission d’amateur fonctionne dans la région de Marseille et chacun s’identifie avec un indicatif personnel de son choix.
On constate que presque tous les nouveaux amateurs utilisent  » 8XXX « , signe de l’influence des anciens du Génie.
L’administration des PTT délivre le 13 juillet 1921 la première autorisation d’émission d’amateur sous l’indicatif  » 8AA  » à André Riss de Boulogne sur Mer.
Le préfixe de nationalité F n’existe pas; c’est le chiffre 8 qui indique la nationalité. ( Aux états Unis, c’est le chiffre 1 )
C’est pourquoi l’ancêtre de  » Radio-Ref  » est  » Le journal des 8 « .
En 1923, c’est le premier QSO intercontinental entre 8AB et 1MO.
Avec la création de l’IARU en 1925 ( et du REF ), l’émission d’amateur se structure, et l’IARU instaure à partir du 1er février 1927 un système de préfixe à 2 lettres ( EF pour la France ) suivi d’un chiffre.
Puis la France obtient de n’utiliser qu’une seule lettre pour ces indicatifs, tout comme les quatre pays fondateurs de l’UIT
( USA, Royaume-uni, Italie et France ).
En 1934, la série des F8 est épuisée et on attribue des F3. En 1939, on attribue des F9.
Lors de la mobilisation de septembre 1939, 250 membres du REF rejoignent les rangs du 8ème Génie, comme opérateurs radio.
De 1939 à 1946, tous les postes émetteurs ont dû être déposés dans les gendarmeries.
L’émission d’amateur est à nouveau autorisée le 14 juin 1946.
Vers 1950, l’administration réattribue les indicatifs F8 et F3 abandonnés par les anciens titulaires.
A partir de 1952, on commença à attribuer les indicatifs F2, puis des F1 à 2 lettres en 1961, puis des F5 à 2 lettres en 1965
puis enfin des F6 à 3 lettres à partir de 1967.
Lors de la création du certificat d’opérateur  » téléphoniste  » en 1968, on attribua des indicatifs F1 suivi de 3 lettres.
Lorsque le téléphoniste devenait télégraphiste, il changeait d’indicatif ( F1XXX devenait F6YYY ).
Il y eut un intermède en 1989 au moment de la création du certificat d’opérateur novice pendant lequel l’indicatif est repassé à 2 lettres.
En 1993, on revint à un indicatif à 1 lettre et on attribua la série F5XXX aux F1XXX ayant réussi l’examen de télégraphie.
Puis lorsque la série F1/F5 fût épuisée en 1998, on attribua la série F4/F8 tout en continuant à réaffecter les indicatifs F1/F5 abandonnés par les anciens titulaires.
La série F0XXX étant réservée aux novices dès 1997.

Une petite antenne filaire…

Camp de Mailly le 19 novembre 1874

Quelques opérateurs célébres…

Samuel Morse

Guglielmo Marconi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.